Lettre ouverte à Denis Carreaux

A propos de l’article http://www.nicematin.com/article/presidentielle-2012/sarkozy-ce-papa-si-protecteur

Monsieur Carreaux,

Tout d’abord merci. Merci de votre bon dévouement au léchage de bottes présidentielles qui certainement vous vaudra, sinon l’admiration de vos pairs (qui ne valent pas mieux que vous, rappelons nous de votre collègue qui nous parlait de l’auto-suicide des dauphins cet été), la bienveillance des personnes âgées de droite de la Côte d’Azur.

Il est monnaie courante sur le Nice-Matin (version Monaco, cette fois-ci) de lire des énormités, comme les 80 000 personnes au concert de Jean-Michel Jarre, ou encore des doubles pages consacrées aux femmes Cougar ou sur les Cagoles. J’imagine qu’en perte de lecteurs, Nice-Matin nous sert des sujets racoleurs et des chiffres bien gonflés, pour faire plaisir aux autorités, pour faire ricaner les Jacky et pour redonner confiance aux cinquantenaires en mal d’amour. Soit.

Mais là, vraiment, et malgré toutes les niaiseries que vos confrères ont pu nous proposer, vous sortez du lot.

Comment peut-on débiter autant d’idioties sur un sujet aussi quelconque ? Êtes-vous futur papa ? Ou tout jeune papa peut-être ? Peu importe, en fait.

Votre carte UMP à la place de l’image du couple présidentiel et de leur enfant aurait tout aussi bien fait l’affaire.

Que vous vous émerveillez d’une promenade d’un père, d’une mère et de leur enfant, quels qu’ils soient, grand bien vous en fasse, c’est le miracle de la vie. Le fait qu’il s’agisse du président et de sa femme, je qualifierai cela de cocasse, mais en rien je n’irai en faire un sujet d’article.

Les deux premiers paragraphes sont, comme on le demande à un journaliste, clairs et sans prise de position.

Mais que s’est-il passé dans le dernier, Monsieur Carreaux ? Avez-vous eu un soudain élan patriotique, aviez-vous envie de dévoiler en avant première vos intentions de vote à vos camarades de cantine? Ah non, mais c’est bien sur, vous vouliez faire du Grand Journalisme, celui qui claque, qui choque.

En fait, vous avez fait une véritable bouse :

« Le papa gâteau a déjà cédé la place à un super-président bien décidé, malgré l’incroyable volte-face grecque, à faire du rendez-vous de Cannes une réussite et prouver aux Français que pendant que les socialistes pinaillent sur leur projet, il prépare leur avenir. Et celui de leurs enfants. »

Laissez-moi rire, quel super-président, Monsieur Carreaux ? Lisez-vous l’actualité ? Savez vous que Nicolas Sarkozy n’a jamais autant raté son mandat que n’importe quel autre président, tous partis confondus ? Pensez vous vraiment que Cannes sera une réussite et qu’il arrivera à prouver quoi que ce soit aux français ? Nicolas Sarkozy ne prépare l’avenir de personne, ni le mien, ni le votre, ni celui des enfants des socialistes, tout au plus celui des siens, dernière en date incluse.

Merci donc, Monsieur Carreaux, de laisser le journalisme à sensation aux gens qui savent le faire.

Laver des vitres se fait avec du matériel professionnel, Monsieur Carreaux, et pas avec la langue.

Publicités

5 réflexions sur “Lettre ouverte à Denis Carreaux

    • Il fait la rubrique Auto-Moto en temps normal. Toujours pas compris ce que ce blaireau venait foutre sur les pages politiques…

  1. Pingback: Je suis envahie par les journaux ! | Chroniques Indépendantes

  2. Pourquoi je reçois une notif comme quoi cet article est un nouvel article? :(
    Ah et au fait, il fait pas que la rubrique auto-moto, il est quand même « Rédacteur en chef du Groupe Nice-Matin ». Ce qui est encore plus grave vu son article! :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s