Ce qui ne me tue pas me rends plus bonne (Fat Come Back)

hey-girl-long-time-no-talk

Tout d’abord et pour bien commencer l’après-midi, Ryan Gosling qui est tellement heureux de vous revoir qu’il s’est carrément foutu à poil d’excitation.

Vous me direz « AHHHHHHHHH ENFIN ELLE LE POND SON ARTICLE DEPUIS QU’ON ATTEND ! »

Eh bien oui mais voyez vous, il y a des fois dans la vie où on ne peut pas. Et comme disait notre cher Otis :

Tout ceci pour vous dire que les aléas de la vie ont fait que j’aurais bien voulu, voyez vous, mais que comme moi aussi j’ai le goût de la chose bien faite, j’ai préféré attendre plutôt que de vous bassiner avec des articles mal faits et pour lesquels je n’avais aucune envie de m’impliquer (soyons honnêtes).

Après avoir sombré dans l’alcool, la drogue, les putes et les somnifères, après avoir fait un voyage initiatique au Bouthan où de toutes parts je fus affublée de pénis joyeux qui s’exposaient allègrement à ma vue tandis que j’essayais de lutter contre des pulsions castratrices, suivi d’un pèlerinage à Saint Jacques de Compostelle pour savoir s’ils les gratinaient mieux là bas qu’en sachets surgelés par 4 Claude Léger de l’Intermarché du coin, après avoir débattu sans relâche du mariage pour tous et la séparation pour les autres,  après avoir marché des jours et des nuits dans le froid glacial des quartiers nord de mon bled à la recherche du gîte et du couvert, où je trouva la joie, l’apaisement, la tendresse et l’écoute, après avoir été saisie de questionnements profonds sur chacune des informations utiles ou non, tristes ou rigolottes chopées sur internet que j’engloutissais tel un puits sans fond, après avoir compris que la vie, la vraie, Auchan, je naquis à nouveau de mes cendres comme un Phoenix flamboyant de mille feux, pour vous gratifier de merveilleux conseils pour passer un splendide été en vous priant de faire confiance.

Aussi, fus-je sollicitée par Prisca, une splendide lectrice au corps et au visage parfaits, qui m’envoyais ce message de détresse sur la page Facebook : « Je suis en manque de tes articles beauté :'( Je me sens vieille, grosse et moche. Help. »

« AHAH » riais-je à part moi, en me disant que nous les femmes avions bien piètre estime de nous même quand le mot suicide refesé son reparition, puis je lui répondit « Vieille ? GROSSE (tu te fous de ma gueule ou quoi ?) Moche ? Encore pire… Je crois que t’as juste besoin d’un petit remontant ma chérie ».

Et ce remontant, le voici. Non…je n’ai pas fait livrer de fleurs chez vous, ni de boîtes de chocolats et encore moins de Chippendales somptueux pour venir vous flatter l’ego et le cul. Personne ne va débarquer pour sonner à votre porte et vous faire la surprise de votre vie, désolée.

Par contre, vous vouliez un article et vous l’avez, et je trouve que comme cadal, en plus de mon come-back encore plus attendu que celui des Daft Punk (<3), c’est déjà super pas mal.

Alors parlons peu, parlons bien. Objectif cet été, être mégabonnes. Déjà pour soi et ensuite pourquoi pas pour les autres, mais c’est secondaire.

Partons du postulat suivant : Prisca est bonne de base.

Pourquoi diable pourrait-elle se trouver grosse et moche hein ? Parce que la vie pue du cul, essentiellement et qu’on somatise tellement nos petits soucis que ça se voit naturellement sur notre belle gueule.

Pour avoir eu le même sentiment quasiment au même moment qu’elle, si on y regarde de plus près, c’est simplement parce qu’avec cette météo merdique sur ces deux derniers mois, à bouffer de la daube (et pas de la niçoise) entre midi et deux, voire ne pas bouffer du tout parce qu’il fait trop froid et qu’on est bien mieux à aller sur les internets, bah le corps se dérègle et nous fait péter une crise de spots hallucinante qui n’avait jamais autant atteint son paroxysme qu’en 1997 alors que je chantonnais innocemment « Je suis tombée pour elle », apprenant avec stupeur mêlée d’incompréhension bien des années plus tard que Pascal parlait de Paris et non pas d’une improbable amoureuse.

En bref, arrêtons de faire de la merde, réapproprions nous ce corps maltraité durant l’hiver, soyons au top de notre corps et kiffons la prochaine musique de l’été comme si Yakalelo venait tout juste de sortir dans les bacs.

Voici les 3 résolutions indispensables pour se préparer à  un été de feu en toute sérénité.

Résolution n°1: Je mange correctement.

A vrai dire, ça passe essentiellement par là. Je vais pas vous faire un speech sur la quantité de vitamines et de minéraux à s’administrer avec quelle portion de saumon ou de légumes, parce que ça donne pas très envie et que de toutes façons j’y connais rien. J’ai jamais fait de régimes et je ne maigris que quand j’ai un coup dur (parce que tout me coupe l’appétit et que la pause internet ça sert pas à déjeuner). Bon là, du coup, j’ai maigri à fond, ce qui ne m’a pas aidé à rentabiliser ces 150€ de futals pris en taille 40 pour pouvoir rentrer difficilement mon cul à l’intérieur, maintenant que j’y flotte et que ça me fait une armée de plis sur les jambes.

Comme disait l’autre (c’est la journée des citations, oui. Enfin la journée du « je fous des citations, ça rajoute des lignes, c’est plus sympa et ça fait trop cultivée tchavu) : « Quand l’appétit va, tout va ». Et je dois avouer que malgré tout ce qui peut arriver dans la vie, on a quand même des besoins naturels qui sont ingurgiter et éliminer, en bref, bouffer et chier.

Pour reprendre (encore) les fameux mots de mon père « L’amour est un feu qui dévore, mais l’envie de chier c’est 100 fois plus fort ». Essayez de vous retenir de chier, rien n’y fera, vous serez pris dans une folle hystérie Survival d’aller chier coûte que coûte, quels que soient vos soucis et quels qu’en soient leur gravité.

C’est là que le corps est malin et qu’il vous rappelle bien à l’ordre:  écoute, donne moi à bouffer tu veux ? tous tes salamaleks existentiaux, je m’en branle, j’ai besoin de me NOURRIR et D’ÉLIMINER.

Si, à la différence de moi, vous n’avez pas une soeur qui vous dit « quoi, t’as pas encore bouffé, t’es reloue, mange », procurez vous-en une, achetez un Hubot ou demandez à une amie de vous envoyer un texto pour vous rappeler que regarder Top Chef, c’est bien, mais regarder Top Chef en bouffant, c’est mieux. Il n’y a pas meilleure dilatation que celle d’un estomac à qui on a ré-appris à manger <3

Résolution n°2: Je fais des trucs pour moi.

Bon, pour le coup, j’ai été un peu radicale, mais ranafout. Je me suis faite tatouer. C’était un merveilleux sentiment de PUTAIN DE DOULEUR ATROCE SA MÈRE LA PUTE MAIS QU’EST-CE QU’IL BRANLE DANS MON DOS CE BATARD IL S’EST PRIS POUR LE DOCTEUR MENGELE OU QUOI ? J’AI L’IMPRESSION QU’IL EST EN TRAIN DE ME DÉFONCER LE DERME A COUP DE PIOLET D’ESCALADE CE SALE FILS DE PUTE « Madame…Madame ???…c’est fini c’est bon :) » et deux jours plus tard : « Non mais nickel, plus de douleur, je gère à fond tu vois ? Bépanthen/film plastique, le duo gagnant…non vraiment, il est beau hein ? je veux dire…ça fait beau même si c’est pas ton style ? Ouais ? Hein ?…Ah…un napperon ?…Bon bah ok »

Alors bien entendu, faire des choses pour soi ça passe pas forcément par la case « Tiens si je me faisais graver un truc abstrait à vie dans la peau » mais ça passe aussi par « Tiens si je me remattais la recette de masque pour le visage qu’avait pondue Alex y’a quelques mois de ça sur son blog…je parie qu’en fait, elle était pas si mal, cette mixture ».

Coupez-vous les ongles des pieds (vous voyez, qu’ils sont trop long :/), mettez de la crème sur vos mains tous les matins, prenez de nouvelles habitudes, dédiez vous un jour pour votre nouvelle série préférée que rien à foutre que vous soyez la seule à la regarder (Moi, c’est Real Humans sur Arte). Faites un scanner de votre gueule : J’ai des boutons/je mange mieux (voir plus haut), j’ai la peau sèche/je l’hydrate (et venez pas me dire que vous avez pas de lait pour le corps, j’en ai moi même une collection d’environ 10 flacons que je n’utilise jamais parce que ça colle, j’ai pas le temps, j’ai jamais refait de scrub-méga-hydratant à l’huile d’olive et au marc de café), j’ai mauvaise haleine/je me brosse les dents.

Ce sont des gestes simples du quotidien mais qui donnent un certain confort une fois qu’on les a mis en place. Attention à ne pas partir dans un délire de lavage de mains 147 fois par minutes sauf si on veut passer dans Tellement Vrai.

Résolution n°3: J’écoute la bonnasse qui est en moi.

On a toutes un look qui nous rend particulièrement plus bonnasse que d’autres. Autant le mettre à profit et l’exploiter, le temps d’une journée, avant de retrouver son pyjama pourri, ses boots/chaussons en moumoute rose et ses cernes désavantageuses le soir venu. La journée, on peut tricher, et à la manière de la méthode Coué, se persuader qu’on est plutôt pas mal avec ces cheveux bouclés hein coquine ? Tout de suite ça nous file un nouveau coup de punch pour aller mieux. Que dire aussi de ce rouge à lèvres mis à la perfection et de ce teint digne d’une couverture de magazine ? Mais ouais t’es trop forte pour te maquiller ma vieille, et ça c’est pas tant de la prétention, c’est juste la vérité… On a du talent pour se rendre bonne ? On s’en sert DANS L’IMMÉDIAT pour une reprise de confiance assurée. Y’en a qui son balèzes en colorations de cheveux, d’autres qui ont la peau tellement belle qu’elles peuvent se faire un bronzage doré entre midi et deux sans souci dès le premier rayon de soleil, ou d’autres qui ont une manucure tellement exceptionnelle qu’on peut leur excuser leurs cheveux gras d’il y a trois jours.

Assurez sur une chose à la fois, puis peu à peu, transformez vous en papillon de lumière pour briller sur La Macarena au Camping des Bois Fleuris pour vos vacances de Juillet.

Résolution Bonus : Je matte des photos de mecs PUTAIN DE GAULÉS qui font les mêmes poses que de mignons petits chats.

Oui, se faire plaisir, ce n’est pas  QUE bouffer bien, se maquiller bien, ou se tatouer le cul.

Non, il y a aussi kiffer les choses gratuites que nous procurent les internets (et je ne parle pas de pornographie gratuite, si tant est qu’on peut très bien se mettre à kiffer ça si le coeur nous en dit, mais moi pour le moment des mecs torse nu et des petits chats ça me va très bien, c’est une façon d’aborder les choses progressivement, disons ;) )

Voici donc une petite sélection affûtée pour vous, parce que je sais que vous êtes un tas de feignasses et que vous n’avez ni acheté un sandwich pour bouffer ce midi, ni que vous vous êtes armée de votre coupe-ongles prête à dégommer le moindre millimètre carré de kératine et que justement je vois pas pourquoi dans toute cette perte de motivation vous iriez cliquer sur les liens que je vous met. (Bon, je le met quand même, parce que du coup j’en ai laissé à découvrir ;) )

NOfQ95GRnd0NLhtfif8P6gWqXST3BBgL3Nz

Keep your head up les gonzesses, on est des beubom <3

Publicités

2 réflexions sur “Ce qui ne me tue pas me rends plus bonne (Fat Come Back)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s