Toi aussi, remplis ton seau puis meurs tranquille.

Une bucketlist, keskessé ?

En anglais, « kick the bucket » signifie mettre un coup de pied dans le seau, le seau de la vie quoi (huhu, mais oui, souvenez vous de cette chanson de Charlie Winston). Il s’agit donc d’une liste des choses à faire avant de mourir dans le but de remplir son propre seau (et puis crever de toutes façons hein, au final).

Avant d’y foutre un shoot définitif donc, il y a une multitudes de façons de compléter sa liste : voyages, expériences, apprentissage, réussites personnelles, aventures, autant de choses qui peuvent être réalisées plus ou moins facilement au cours de la vie.

Pour rendre ce listage plus simple, le site BucketList vous suggère une tonne de catégories et d’idées différentes, auxquelles s’ajoutent les propositions d’autres internautes.

Faire une liste c’est bien, mais pour s’y tenir, comment on fait ?

Etant moi-même une grande procrastinatrice de la liste, je me suis quand même fait la réflexion: « mais pourquoi je fais encore une liste à laquelle je vais pas me tenir ? »

Bah, parce que les défis sont cool et que je considère qu’à partir du moment où on rajoute ses objectifs à sa liste, c’est que quelque part on y tient particulièrement (degré de crédibilité : zéro).

L’idée n’est pas de se retrouver avec 500 choses impossibles à faire si l’on prend en compte le coût et le temps, mais plutôt d’avoir quelques grands objectifs précis: deux ou trois voyages, un apprentissage, un concert, une ou deux activités rigolotes.

On peut éditer ses objectifs, rajouter une date butoir, des photos, des notes et des lieux, et partager sa liste aux autres.

Tout ça c’est bien joli, mais au final, ça sert à quoi ?

1/ Bloc Notes des Internets :

Dans l’absolu, si on est une personne qui a l’habitude de tenir ses objectifs, c’est un bon moyen de ne pas oublier tout ce qu’on souhaite faire dans la vie. Qui ne s’est jamais dit en regardant un reportage ou au fil d’une discussion « MAIS ÇA JE VEUX TROP LE FAIRE/Y ALLER ! » ?
Je sais que c’est difficile à croire mais il y a des gens qui font des listes car ils comptent vraiment mettre en oeuvre ce qu’ils notent (coucou maman, merci de m’avoir refilé tes tocs, adieu <3). Il y en a d’autres qui veulent faire tellement de choses que leur mémoire leur fait défaut.

Conclusion : Ce site est fait pour vous. Attention, très peu d’utilité pour les listes de courses cela dit.

2/ La tienne est plus grosse que la mienne:

Pour ceux qui ne se serviraient pas de ce site comme d’un memento, faire une bucket list peut être une réelle compète de taille de bite rapportée à l’enrichissement personnel de tout un chacun. Putain, le type a mis « courir le marathon de New York » ? Voilà, c’est officiel, je suis qu’une pauvre merde, j’arriverai JAMAIS à avoir des objectifs aussi poussés. Je ne mérite que le dédain de l’humanité pour avoir si peu d’ambition.

Attention, peut facilement dériver sur : « AH OUAIS ? BAH MOI JE VAIS FAIRE LE TOUR DU MONDE À PIEDs AVEC LES SEMELLES INTÉRIEURES DE MES CHAUSSURES EN PAPIER DE VERRE ».

Conclusion : C’est à double tranchant, soit ça te donne des ailes pour te dépasser, soit ça te plombe ta confiance en toi. L’idéal restant de s’en battre les couilles de la vie des autres.

3/ Avoir l’impression d’accomplir sa vie

C’est un peu réducteur, mais y’a de ça. Avoir eu une belle vie parce qu’on a beaucoup voyagé ou qu’on a appris à jouer de 47 instruments, ça reste minimaliste et surtout ce n’est pas applicable à tout le monde.
Heureusement, tout le monde ne prends pas le concept de Bucketlist au pied de la lettre, et il y a quelques suggestions rigolotes qui font parfois surface.

Conclusion : On peut accomplir sa vie sans forcément vouloir en foutre plein la gueule aux autres. Faire des trucs marrants, c’est aussi une forme d’enrichissement.

Bon, on en fait une ou pas ?

Attends, la question ne se pose même pas. Ayant le toc de la liste, la réponse est OUI. Après, voir si je vais m’en servir, c’est une autre affaire.

En tous cas, le site vaut le détour et il y a vraiment des suggestions sympa. Et quand on tombe sur « manger une pizza en Italie » comme objectif à accomplir avant de mourir, on se rend compte qu’au final, où qu’on soit, on a bien de la chance d’y être.

Et, qui sait ? Vous êtes peut-être en train d’accomplir l’objectif de la bucket list d’une personne à des milliers de kilomètres de chez vous ;)

Voici ma bucket list actuelle ! Vous y mettriez quoi dans la votre ?

N’hésitez pas à la partager :)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s